Mener sa classe virtuelle en fonction de données probantes

Article

Bozarth, J. (2020). Evidence-based ideas for virtual classroom experiences. Rapport de recherche. The Learning Guild.  https://www.learningguild.com/insights/253/evidence-based-ideas-for-virtual-classroom-experiences/

Résumé

Le rapport de Jane Bozarth recense des stratégies pédagogiques issues de données probantes et suggère comment les intégrer à une classe virtuelle.

Les aspects pédagogiques abordés sont les suivants :

  • Le sentiment de présence sociale/d’enseignement
  • La cognition située
  • L’apprentissage authentique
  • La répétition espacée
  • La rétroaction

Ainsi, à partir des connaissances sur ces différents aspects, l’auteure partage une panoplie d’exemples sur ce qui peut être fait en classe virtuelle, notamment sur les plans de : la scénarisation, l’interaction, la préparation et le soutien de l’enseignant·e, la taille des groupes et la durée du cours, l’utilisation des enregistrements vidéo.


Voici un aperçu de ses idées.

La scénarisation.
Dégager et énoncer clairement des questions spécifiques pouvant faire l’objet d’une discussion. Par exemple, privilégier les points saillants d’un sujet plutôt qu’une question large qui risquerait de tomber à plat.
Développer un visuel (images et photos) pouvant accompagner une présentation magistrale afin que la séance ne se limite pas à regarder un écran de classe virtuelle.
Utiliser un matériel déjà existant disponible sur le Web (de qualité et en lien avec le sujet), au lieu de recréer soi-même une ressource semblable.

L’interaction.
Inviter les étudiants et les étudiantes à partager un document comme une image ou un site Web aux fins de discussion.
Diviser la classe virtuelle en petits groupes ou faire des pairages pour encourager les étudiants·es à échanger ensemble.
Faire une activité de clavardage sur un point de discussion, réflexion, élaboration ou débat.
Utiliser une vidéo (ou autre document) comme point de départ à une séance.
Utiliser l’outil de sondage pour tâter le pouls du groupe (Tout le matériel en mains? Besoin d’une pause? Besoin de plus d’explications? Revoir une notion de la dernière séance?)

La préparation et le soutien de l’enseignant·e.
Se préparer à bien utiliser la plateforme de classe virtuelle (fonctionnalités) afin de se centrer sur l’enseignement-apprentissage plutôt que sur les aspects techniques.
S’adjoindre un·e assistant·e (producer) pour s’occuper des aspects techniques et rendre la séance plus fluide.

La taille des groupes et la durée des cours.
Puisque les occasions d’avoir des interactions de qualité et de construire des relations pédagogiques diminuent lorsque la taille du groupe augmente, les petits groupes sont à privilégier.
Scénariser son cours avec des activités de moins d’une heure et convenant à des petits groupes.

Les enregistrements des séances.
Considérer les vidéos (ou enregistrement d’une séance) comme des objets qui perdurent  et qui peuvent être réutilisés.
Offrir des segments vidéo d’une séance à des fins de révision ou de rappel.
Utiliser les enregistrements pour autoévaluer son enseignement.

 

Appréciation et utilisation potentielle

Bien que ce rapport porte sur des pratiques visant la formation continue ou de la main-d’œuvre, les suggestions peuvent très bien être transposées dans un contexte d’enseignement universitaire. Il est d’intérêt, car il propose beaucoup d’idées pouvant être intégrées à des situations d’enseignement-apprentissage à distance.

Il comporte des propositions qui recoupent un ensemble d'intuitions chez l’enseignant·e universitaire, mais aussi des idées qui dépassent le simple transfert de pratiques de l’enseignement traditionnel en salle vers l’enseignement à distance. Le modèle exclusivement magistral s’appliquant moins bien à la classe virtuelle, ces suggestions basées sur la diversité des stratégies pédagogiques reconnues font de l’apprentissage à distance une expérience potentiellement plus enrichissante.

 

Notes

Le rapport est disponible avec abonnement gratuit à The Learning Guild.

Notice biographique

Sophie BeaupréSophie Beaupré est spécialiste en sciences de l’éducation à l’Université TÉLUQ. Elle cumule plus d’une quinzaine d’années d’expérience dans le milieu de l’éducation. En 2014, elle reçoit un certificat d’excellence de l’Université TÉLUQ pour ses résultats obtenus en technologie éducative. Elle est co-auteure du Guide de conception et d’utilisation du manuel numérique universitaire (PUQ, 2013). Elle a collaboré au développement de cours universitaires s’étant vu décerner un prix (Prix de la ministre pour « Stratégie d’entreprise », TÉLUQ, 2011) et une reconnaissance (mention de l’Infothèque de l’Agence universitaire de la Francophonie pour « Travail intellectuel en philosophie », UQAM, 2005). Elle participe aux Lectures choisies du site Pédagogie universitaire depuis 2015.