La transparence du processus d’apprentissage et l’évaluation en ligne : implications pour la rétroaction

Article

Lafuente Martinez, M., Alvarez Valdivia, I. M. et Remesal Ortiz, A. (2015). Making learning more visible through e-assessment: implications for feedback. Journal of Computing in Higher Education, 27(10), 10-27. https://doi.org/10.1007/s12528-015-9091-8

Résumé

[…] following the process rather than just assessing the product gives the instructor the opportunity to intervene in a timely manner, giving in-task guidance.

- Beaumont et al., 2011 dans Lafuente Martinez, Alvarez Valdivia et Remesal Ortiz (2015), p.12

 

Le présent résumé porte sur l’article Making learning more visible through e-assessment: implications for feedback de Marc Lafuente Martinez, Ibis M. Alvarez Valdivia et Ana Remesal Ortiz.

Les auteurs s’interrogent sur les éléments pédagogiques et technologiques qui sont susceptibles d’accroître la transparence du processus d’apprentissage et l’incidence de cette dernière sur la rétroaction du tuteur. Plus précisément, ils cherchent à savoir si les activités de collaboration en ligne sont celles qui assurent le plus haut degré de transparence du processus d’apprentissage de l’étudiant. Si le degré de transparence du processus d’apprentissage est effectivement haut, ils tentent de savoir s’il génère une rétroaction plus ciblée de la part des formateurs.

Méthodologie

Étude de cas basée sur deux groupes-cours de troisième cycle d’universités espagnoles : un cours exclusivement à distance sur la psychologie de l’apprentissage (35 étudiants et une enseignante); et un cours en mode hybride d’un programme de psychoéducation (38 étudiants et 3 formateurs).

Collecte de données à partir (1) des dispositifs d’évaluation mises en place par l’enseignant, (2) des entrevues semi-dirigées auprès des enseignants et des étudiants, (3) des échanges écrits entre les participants à différents moments dans le processus d’évaluation.

L’évaluation en ligne (e-assessment) dans cet article est un concept large qui fait référence à l’ensemble de tâches, de travaux ou d’activités d’évaluation – qu’elles soient formatives ou sommatives – effectuées à l’aide des technologies de l’information ou de la communication (y compris les forums et lieux de clavardage). La rétroaction se fait principalement par écrit.

Les auteurs soutiennent qu’une rétroaction effectuée pour guider l’étudiant au cours d’un processus d’apprentissage engage ce dernier dans un dialogue d’orientation avec son formateur. Cette approche dialogique fait de la rétroaction non pas un commentaire sur le produit final de l’étudiant, mais sur son processus d’apprentissage interactif et social en continu. L’évolution de l’apprentissage d’un étudiant peut être plus ou moins visible en fonction de la nature de l’activité, du support technologique utilisé ou de son mode individuel ou en groupe.

Les auteurs proposent une échelle de transparence qui se décline en quatre degrés :

  1. Très haut degré de transparence : le formateur peut suivre l’activité donnée en continu et dans son ensemble (comme tous les échanges effectués lors de la réalisation d’un travail d’équipe ou la résolution d’un cas, ainsi que le produit qui est en train d’émerger)
  2. Haut degré de transparence : le formateur peut suivre le développement et la fin de l’activité donnée de façon substantielle (comme les échanges sur les fils de discussion en vue de résoudre un problème)
  3. Degré moyen de transparence : le formateur peut suivre le début et la fin de l’activité donnée (comme les échanges d’entraide entre pairs dans un fil de discussion)
  4. Faible degré de transparence : le formateur n’a accès qu’au produit final de la production livrée par l’étudiant (comme la présentation d’un travail à ses pairs)

Résultats de l’étude

Pour le cours hybride, l’activité ayant généré un haut degré de transparence dans le processus d’apprentissage était la discussion dans un forum (comparativement à la participation en présentiel, à la réalisation d’un document commun accessible seulement au début et à la fin, ou encore à une synthèse personnelle). Par contre, les formateurs semblaient ne pas avoir fourni de rétroaction sur cette dernière, car elle demandait beaucoup de temps. L’analyse des contributions devant être faites au moins une fois par mois par chaque étudiant était énergivore. Ainsi, la plus grande part de la rétroaction a été donnée lors des rencontres en face à face et lors de l’élaboration de documents collaboratifs, donc sur des processus visibles seulement qu’en début et fin d’activité.

En ce qui concerne le cours entièrement à distance, les activités ayant généré un très haut degré de transparence étaient la discussion collaborative et l’étude de cas à résoudre en petits groupes dans un environnement de travail d’équipe (qu’ils ont appelé Team Working Space). L’étude de cas pouvait être réalisée en équipe ou individuellement, ce qui a engendré un grand contraste dans la transparence du processus d’apprentissage : le travail fait en équipe était documenté tandis que le travail individuel ne l’était pas. Une grande rétroaction a été possible sur le travail effectué en petits groupes, notamment un soutien sur le plan du contenu et de la coordination des efforts dans l’équipe, puis sur des besoins spécifiques de chaque étudiant.

Concepts tels que définis dans l’article

(traduction libre)

Transparence : caractère accessible et visible du processus d’apprentissage d’un étudiant. (p. 11)

Processus d’apprentissage : processus incluant les processus mentaux et individuels de l’étudiant ainsi que ses communications et interactions sociales. (p. 12)

Extraits de l’article :

« Reliability of online formative assessment relates to providing opportunities for documenting and monitoring evidence of learning. » (p. 12).

« Instructors must be able to monitor the learning process and identify individual learners’ progress, strenghts and weaknesses in order to provide adequate feedback (Beaumont et al. 2011; Gibbs and Dunbar-Goddet 2007). » (p. 12)

Conclusion

En somme, les auteurs ont observé le fait qu’une très grande transparence des processus ne garantit pas une meilleure et plus grande rétroaction. En effet, dans la discussion en ligne du cours hybride où le processus était visible, peu de rétroaction a été donnée. Dans la discussion et l’étude de cas du cours entièrement en ligne, une rétroaction pertinente et substantielle a été donnée, et appréciée des étudiants. Les auteurs concluent qu’il est tout de même nécessaire d’avoir une documentation abondante du processus d’apprentissage pour donner à l’étudiant une rétroaction qui peut lui être bénéfique.

Notice biographique

Sophie Beaupré est spécialiste en sciences de l’éducation à l’Université TÉLUQ. Elle cumule plus d’une quinzaine d’années d’expérience dans le milieu de l’éducation. En 2014, elle reçoit un certificat d’excellence de l’Université TÉLUQ pour ses résultats obtenus en technologie éducative. Elle est co-auteure du Guide de conception et d’utilisation du manuel numérique universitaire (PUQ, 2013). Elle a collaboré au développement de cours universitaires s’étant vu décerner un prix (Prix de la ministre pour « Stratégie d’entreprise », TÉLUQ, 2011) et une reconnaissance (mention de l’Infothèque de l’Agence universitaire de la Francophonie pour « Travail intellectuel en philosophie », UQAM, 2005). Elle participe aux Lectures choisies du site Pédagogie universitaire depuis 2015.