Flipped classroom ou la classe inversée : l’utilisation de la vidéo pour substituer l’enseignement magistral

Peut-être ce concept vous est-il familier, ou du moins vous en avez entendu parler à travers les branches?  Sinon, voici un bref survol de ce qui depuis peu a fait son apparition sur les lèvres des enseignants des écoles primaires jusqu’aux professeurs des universités, et ce surtout dans le milieu anglophone.

Qu’en est-il? Vous conviendrez qu’il n’y a rien d’innovant à utiliser des vidéos pour enrichir l’enseignement; plusieurs exemples de l’utilisation de capsules vidéo comme outil pédagogique couvrent l’actualité éducative.  Nous avons qu’à penser, entre autres, aux diverses plateformes pédagogiques qui permettent d’ajouter des vidéos pour consultations par les étudiants ou encore à la Khan Academy.

Ce qui distingue la classe inversée, c’est l’approche pédagogique rendue possible par les vidéos. En quelques mots, l’approche consiste à rendre disponible les cours magistraux sur vidéos avant la période allouée en classe à cet enseignement.  La vidéo vient remplacer les devoirs et lectures.  Les étudiants, regardent les vidéos à leur convenance sur leur ordinateur, téléphone intelligent ou autre appareils mobiles, à la maison ou ailleurs.  Ils ont ainsi le loisir et surtout la possibilité de revenir sur des notions plus complexes, de passer une démo au ralenti, de réécouter autant de fois que nécessaire une séquence complexe, etc.  Ils arrivent donc en classe avec les notions en tête et sont prêts à les mettre en pratique, à en débattre et/ou à valider et approfondir leur compréhension.  Bref, suite au visionnement,  la classe devient un laboratoire où tous et chacun peut recevoir, à travers des activités multiples et parfois complexes, un enseignement différencié.

D’où vient cet engouement?  Pour faire une histoire courte, c’est par hasard, que Aaron Sams & Jonathan Bergmann, deux professeurs du Colorado,  ont testé cette approche  qui allait être par la suite nommée le flip teaching et devenir révolutionnaire, aux dires de plusieurs enseignants qui l’auront expérimentée.  En effet, depuis 2007, les écrits, et surtout les vidéos!-  sur le sujet, ne cessent de proliférer. 

Sans toutefois faire de la vidéo une nouvelle pratique, la popularité de cette approche pédagogique s’explique peut-être par son utilisation comme moyen d’enseignement pré-classe le tout en conjoncture avec l’intérêt grandissant envers les  technologies de l’information et de la communication.

Pour en savoir davantage et surtout si vous vous sentez interpellés par l’expérience, il existe plusieurs références sur le web qui sauront guider votre choix.  En voici quelques-unes :

- Tout d’abord le site web flipped learning des professeurs Aaron Sams & Jonathan Bergmann où vous trouverez des vidéos, des conférences, webinars et autres ressources.

- Un incontournable portrait dressé par  le service de soutien à la formation de l’Université de Sherbrooke.

- sur le site de Thot Cursus parcours la question des TIC et pédagogie inversée dans son dossier dédié à l’apprentissage augmenté.

- L’Infobourg fait état de résultats tangibles : Pédagogie inversée : des résultats scolaires nettement supérieurs

-Et cette vidéo d’un enseignant qui a fait le changement; inspirant!

 

Enfin, peut-être en avez-vous déjà fait l’essai?  Si c’est le cas, il serait bien d’en apprendre davantage, et ce surtout dans un cadre universitaire où les exemples se font plus discrets…

Laissez-nous savoir vos réactions et commentaires à ce sujet!

Consultez notre liste de ressources sur ce thème sur Diigo .

 

Thématiques: