Ajouter un commentaire

Les présentations multimédia - le minimalisme strict?

Bonjour,

Je ne peux m'empêcher de sursauter à la lecture de cet article.

Il va sans dire que c'est habituellement le fouillis total et absolu dans les diapositives d'un grand nombre d'enseignants au niveau postsecondaire, mais je crois aussi que se fier aux normes de présentation proposées dans ce texte, n'est pas adapté à la présentation magistrale dans le contexte d'un cours. D'ailleurs, ni dans Duarte (2008), ni dans Eberhardt (2014), les 2 seules sources de l'article, on ne fait de mention spécifique de l'utilisation des logiciels de présentation en contexte éducatif, ce sont des références sur la présentation orale en général, ce qui est très différent d'une présentation de cours! Or, les étudiants présentent des caractéristiques très spécifiques par rapport à un auditoire de discours (auditoire captif, écoute active et réflexive, prise de notes sur support papier ou électronique, etc.).

Le support de présentation électronique en éducation postsecondaire a un double usage:
-Du côté de l'enseignant il sert de soutien à son propos et doit donc contenir les mots-clés et thèmes clés à aborder durant la leçon.
-Du côté de l'étudiant il sert de base minimale à la prise de notes de cours, qu'ils vont bonifier en fonction du discours oral de l'enseignant, ses exemples, ses anecdotes, ses nuances, etc. Les diapos doivent donc comporter un minimum d'informations.

Avec 9 mots par diapositive, étant donné la quantité de matière habituellement couverte dans un cours de niveau postsecondaire, il est facile de dépasser les 120 diapos sur un cours de 3h (déjà vu). Ce nombre ne serait pas aussi dramatique si nos étudiants n'imprimaient pas leurs diapos de cours, or cette pratique aide à l'apprentissage dans le contexte de la prise de notes et de la révision.

Je suis conscient que des enseignants ambitionnent par l'excès et par le minimalisme pour avoir vu les deux cas. Beaucoup, refusent aussi de distribuer les diapositives de peur de rendre leurs étudiants "paresseux", mais ça c'est un autre débat.

Au niveau pragmatique, il faut trouver un équilibre entre la surcharge d'informations (qui est un véritable problème en ce moment) et le nombre démesuré de diapositives.

Cordialement,

Vincent Laberge

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées de spam.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.