La rétroaction sur ses enseignements en cours de trimestre: y penser dès le début… et ne pas attendre à la fin!

Traditionnellement, la rétroaction sur les enseignements se fait à la fin de la session. Pourtant, faire cet exercice en milieu de parcours a plusieurs avantages. Dans ce numéro, Alain Huot présente des pistes pour planifier la rétroaction avant le début du cours et la réaliser en cours de trimestre. 

Mise en situation

Ariane investit temps et énergie à préparer ses cours. Elle utilise une variété de formules pédagogiques et se soucie de la cohérence entre les objectifs du cours, les formules pédagogiques et les stratégies d’évaluation.

Parfois, elle s’interroge sur les façons de faire pour répondre le mieux possible aux besoins d’apprentissage de ses étudiants. Elle décide de consulter quelques articles scientifiques sur le sujet et constate qu’une rétroaction sur ses enseignements par les étudiants en cours de trimestre est une occasion idéale pour faire le point et pour se donner l’occasion d’améliorer son enseignement. Ainsi, elle choisit deux moyens pour recueillir les propos de ses étudiants : un sondage anonyme en ligne et une discussion de groupe en classe avec ses étudiants.

Les données du sondage sont rassurantes quant à la qualité de son enseignement malgré la mise en exergue de quelques modifications souhaitées par les étudiants. La discussion de groupe a permis aux étudiants de préciser certains éléments. Une fois qu’elle eut colligé les résultats du sondage et les propos tenus par les étudiants lors du groupe de discussion, Ariane a analysé cette information avec une conseillère pédagogique. Ensuite, elle a modifié quelques éléments de sa planification, surtout en ce qui a trait aux formules pédagogiques utilisées. Elle a également fait un retour en classe avec les étudiants pour expliquer quelques changements apportés à son enseignement et justifier certaines interventions pédagogiques sans utiliser la confrontation.

En fin de compte, Ariane a comparé les informations recueillies lors du sondage et des discussions en classe avec les résultats scolaires des étudiants et elle a constaté que ces derniers réussissaient mieux une fois ses ajustements pédagogiques réalisés. Cette réussite lui permet de développer le potentiel de ses étudiants en leur proposant des activités mieux adaptées pour leur apprentissage.

Pourquoi?

CINQ RAISONS DE DEMANDER UNE RÉTROACTION SUR SES ENSEIGNEMENTS EN COURS DE TRIMESTRE

Une rétroaction sur ses enseignements en cours de trimestre permet de …

  1. Connaître davantage les préférences d’apprentissage de ses étudiants.
  2. Favoriser l’apprentissage efficace de ses étudiants.
  3. Avoir accès à des informations susceptibles de permettre une amélioration de ses enseignements et par le fait même de les modifier en cours de route pour en faire bénéficier les étudiants actuels. (Marsh 2007)
  4. Contribuer à développer le potentiel des étudiants en ayant la possiblité de leur proposer des activités qui correspondent à leur préférences d’apprentissage.
  5. Favoriser de saines relations entre l’enseignant et ses étudiants en permettant de clarifier certaines perceptions de part et d’autre.

Quoi?

DÉFINITION DE LA RÉTROACTION SUR SES ENSEIGNEMENTS

La rétroaction sur ses enseignements est un processus d’amélioration continue, multidimensionnel (Marsh 2007), formalisé ou non, se déroulant à un ou plusieurs moments en cours de trimestre et qui permet à l’enseignant de recueillir de l’information nouvelle au sujet de ses enseignements afin de les améliorer. Ce processus peut prendre différentes formes tant dans l’instrumentalisation de la collecte de l’information, dans les méthodes de discussion de l’information que dans les actions à entreprendre pour améliorer ses enseignements. Ainsi, ce processus devient personnalisé en fonction des spécificités de l’enseignant, du cours donné et des étudiants d’un groupe en particulier (Bélanger & Raymond, 2011).

Ce que nous dit la recherche

UN CATALYSEUR DE CHANGEMENT (DIAMOND, 2004)

rétroaction

Comment?

RÉALISATION D’UN PROCESSUS DE RÉTROACTION SUR SES ENSEIGNEMENTS

Avant le début du cours…

Planifiez soigneusement le cours en tenant compte du mode de prestation (en présentiel, à distance, hybride), du nombre d’étudiants prévus et de la matière enseignée. Dressez un profil de vos valeurs en regard de l’enseignement. Cela vous aidera à déterminer les modalités d’application du processus de rétroaction. Par exemple, si vous êtes à l’aise avec les discussions de groupe, vous préférerez peutêtre cette modalité de collecte des données. Prévoyez le moment et les modalités souhaitées pour obtenir une rétroaction sur les enseignements. La collecte des données peut se faire par sondage (anonyme ou nominatif, en classe ou à la maison, sur support papier ou en ligne), par discussion de groupe (petits ou en plénière, en présence de l’enseignant ou en son absence avec un porte-parole étudiant qui reprend les propos du groupe) ou lors de rencontres individuelles. Il importe également de déterminer les questions (ouvertes et/ou fermées) qui seront proposées aux étudiants : aspects qui améliorent l’apprentissage, points forts du cours, points à améliorer, stratégie pédagogique préférée, propositions d’amélioration (solutions), réflexion de l’étudiant sur son rôle en tant qu’apprenant (Diamond, 2004). Il faut laissez aussi un espace pour les commentaires « autres ».

Lors du premier cours…

Prenez quelques minutes pour exprimer votre point de vue relativement à l’importance de la rétroaction sur les enseignements. Indiquez des changements que vous avez déjà apportés au présent cours, à la suite d’un processus de rétroaction antérieur. Manifestez de l’intérêt pour les commentaires des étudiants et donnez-leur l’occasion de les exprimer à différents moments informels en cours de trimestre (à la fin d’un cours par exemple). Proposez aux étudiants de vous acheminer un courriel avec les points positifs, suggestions, questions sur le cours durant quelques semaines. Annoncez la tenue d’un processus formel de rétroaction sur les enseignements en cours de trimestre.

En cours de trimestre (entre le premier tiers et la moitié)…

Évitez de retarder le début du processus. Plus il se déroule tôt, plus les possibilités d’amélioration sont nombreuses. Veillez à mettre en application le processus de rétroaction que vous aviez planifié avant le début du cours. Compilez et organisez l’information reçue afin de l’analyser. Déterminez les éléments qui ont de la valeur pour vous, sans trop vous attarder sur les commentaires ponctuels et peu fréquents. Discutez des données de rétroaction avec une personne qui pourra vous accompagner au besoin (conseiller pédagogique, collègue…). Planifiez le retour en classe et les actions à mettre en place pour la suite du cours, pour de prochains trimestres, pour l’enseignement en général. Offrez rapidement vos commentaires aux étudiants au sujet de la rétroaction reçue et informez-les des changements apportés (Diamond 2004). Vous pouvez aussi expliquer les éléments rationnels qui font que vous ne mettez pas en place certains changements. Il est intéressant également d’offrir aux étudiants la possibilité de vous donner une seconde rétroaction (quelques semaines plus tard) sur les changements effectués.

En fin de trimestre…

Il importe de revenir en fin de trimestre avec les étudiants sur le processus de rétroaction sur les enseignements qui a eu lieu précédemment. Rappelez l’importance de cette rétroaction pour l’enseignement, mais aussi pour l’apprentissage. Invitez les étudiants à compléter l’appréciation des enseignements de fin de trimestre.

Quoi d’autre?

La rétroaction en cours de trimestre est un processus utile pour l’amélioration de l’enseignement, mais elle ne constitue certes pas le seul outil. Vous pouvez également apprendre à déceler des signes de satisfaction chez vos étudiants lors de chacun des cours : participation active lors des travaux et des échanges en groupe, utilisation des appareils électroniques afin d’enrichir le contenu du cours ou de la discussion… Ces éléments sont des indices que l’animation de votre cours fonctionne bien et que vos étudiants sont en mode actif. (Huot, 2014). Finalement, pour que le processus de rétroaction sur les enseignements soit réussi et bénéfique pour tous, il faut préparer le « terrain de discussion » et accepter humblement les commentaires en offrant aux étudiants une part de responsabilité dans le déroulement du cours. L’enseignant possède le mot de la fin et le veto sur les actions à entreprendre à la suite du processus. Il doit donc les utiliser pour rendre l’enseignement et les apprentissages les plus efficaces possible.

Références

Bélanger, C., & Raymond, D. (2011). Analyse des pratiques d’évaluation formative de l’enseignement à la mi-session. Collected Essays on Teaching and Learning, Vol. 4, 14-19. 

Diamond, M.R., (2004). The usefulness of structured mid-term feedback as a catalyst for change in higher education classes. Active learning in higher education 5(3) 217:231 London: Sage Publications. https://doi.org/10.1177/1469787404046845

Huot, A. (2014) Réflexion sur les signes de satisfaction des étudiants

Marsh, H.W. (2007). “Students’ Evaluations of University Teaching: Dimensionality, Reliability, Validity, Potential Biases and Usefulness.” Dans Perry, R.P. & Smart J.C. The scholarship of teaching and learning in higher education: an evidence-based perspective. Dordrecht, Netherlands : Springer.

Pour en savoir plus

  • Spooren, P. et Van Loon, F. (2012) Who participates (not)? A non-response analysis on students’ evaluations of teaching. Procedia - Social and Behavioral Sciences 69(2012) 990 – 996.
  • Abrami, P.C., d’Apollonia, S., & Rosenfield, S. (2007) “The Dimensionality of Student Ratings of Instruction: What We Know and What We Do Not.” Dans Perry, R.P. & Smart, J.C. The Scholarship of Teaching and Learning in Higher Education: an Evidence-Based Perspective. Dordrecht, Netherlands : Springer.
  • Bélanger, C., et Raymond, D. (2011) « Analyse des pratiques d’évaluation formative de l’enseignement à la mi-session ». Collected Essays on Teaching and Learning, Vol. 4, p. 14-19. 

D'autres questions à explorer

  • Quelles sont mes attitudes en regard de la rétroaction sur mes enseignements en cours de trimestre?
  • De quel accompagnement pourrais-je bénéficier à la suite de la réception des données de rétroaction sur mes enseignements en cours de trimestre?
  • Quelles actions pourraient être entreprises par les gestionnaires universitaires pour accompagner le processus de rétroaction sur les enseignements en cours de trimestre?

Notice biographique

Alain Huot est professeur en administration de l’éducation à l’UQTR. Il intervient dans les cours du DESS en administration de l'éducation où il tente, par différentes approches, de sortir des sentiers de la pédagogie traditionnelle. De plus, dans ses recherches, il s'intéresse notamment aux problématiques de santé des gestionnaires (scolaires), à l'utilisation des TIC dans la gestion et aux processus de gestion visités sous l'angle des rôles, de l'efficacité et de l'efficience. Les rapports humains/organisationnels sont au cœur de ses travaux de recherche. Il est chercheur au Lab e3c ainsi qu'au groupe de recherche RIPOST. Il agit également à titre de président du GRIIP et de l’ADERAE.

 

Mentions de responsabilité

Cette capsule est une production de la Direction du soutien aux études et des bibliothèques (DSEB) en collaboration avec le Groupe d’intervention et d’innovation pédagogique (GRIIP) C

omité éditorial : François Guillemette, Céline Leblanc, Caroline Lessard, Marie-Michèle Lemieux et Lucie Charbonneau

Coordination : Lucie Charbonneau

Rédaction : Alain Huot

Correction : Isabelle Brochu et Dominique Papin