Développer un climat de classe positif avec ses étudiants dès le premier cours

Le premier cours est l'occasion de mettre la table pour bien démarrer la session. Comment s'y prendre? Quels sont les éléments importants à préparer? Dans ce numéro du bulletin Le Tableau, Nicole Monney donne quelques pistes pour répondre à ces questions.

Mise en situation

Lise enseigne au premier cycle à l’université depuis plus de cinq ans. Cette année, le début de la session l’enthousiasme. Son cours du trimestre dernier s’est déroulé dans une ambiance plutôt positive parce qu’elle a réussi à établir avec ses étudiants une relation de partenariat dans laquelle elle a pu expérimenter des stratégies pédagogiques nouvelles. Les étudiants ont ainsi participé à l’ajustement de ses stratégies, y compris par une certaine négociation des travaux et des éléments d’évaluation. Certains étudiants ont été très critiques, alors que d’autres ont fait des suggestions précises, de telle sorte que Lise a l’impression que ce cours sera bien meilleur que le précédent De plus, elle a décidé de s’informer sur les stratégies gagnantes pour établir un lien de qualité avec ses étudiants et pour susciter leur intérêt dès le premier cours.

Déjà, des collègues lui ont partagé quelques trucs simples et efficaces. Par exemple, à son premier cours de cette session, elle est arrivée en classe 30 minutes avant le début du cours avec, dans son esprit, une anticipation positive sur ce qu’allait être la relation avec ses étudiants. Elle a salué chacun de ses étudiants à l’entrée de la classe. Elle a aussi favorisé les interactions durant la présentation du plan de cours plutôt que de le présenter par un exposé unilatéral de sa part.

Pourquoi?

CINQ RAISONS POUR ÉTABLIR UN CLIMAT DE CLASSE POSITIF 

  1. Prévenir les problèmes interelationnels entre les étudiants et l’enseignant (Nault, Lacourse, 2008).
  2. Baisser l'anxiété des étudiants par rapport au déroulement de la session (Svinivki, McKeachie, 2011).
  3. Établir une atmosphère de collaboration et d'ouverture d'esprit (Gaudreault, 2012)
  4. Favoriser la motivation des étudiants en leur donnant de l'importance (Legendre, 2005; Dubé & Tardif, 2010).
  5. Favoriser une gestion de classe efficace (Gaudreault, 2012; Ménard, St-Pierre, 2014).

Quoi?

UNE DÉFINITION POSSIBLE DU CLIMAT DE CLASSE

Le climat de classe peut se définir comme étant la relation qu'ont les élèves entre eux et par la relation qu'entretient l'enseignant avec ses élèves (Nault, Lacourse, 2008).

Ce que nous dit la recherche

UN CLIMAT DE CLASSE POSITIF FAVORISE LA MOTIVATION DES ÉTUDIANTS

Selon la recherche, établir un climat de classe positif affecterait positivement les résultats scolaires (Cohen, 2006). En vivant des relations harmonieuses basées sur le respect de chacun et sur l'écoute, les étudiants auraient une plus grande ouverture par rapport à l'apprentissage (Nault, Lacourse, 2008).

climat

Comment?

ACCUEILLIR, FAIRE CONNAISSANCE, IDENTIFIER LES ATTENTES ET DIAGNOSTIQUER LES CONNAISSANCES DES ÉTUDIANTS POUR DÉVELOPPER UN CLIMAT DE CLASSE POSITIF

L’accueil

L’enseignant se présente en classe à l’avance pour avoir le temps de saluer chaque étudiant qui arrive, de disposer sa classe à son gout, d’écrire son nom au tableau, de démarrer les outils multimédias (rétroprojecteur, ordinateur, présentatique, etc.). Ces différentes actions donnent le ton au cours, reflètent l’organisation dont fait preuve l’enseignant et permettent d’établir des relations positives. Lorsque les étudiants entrent en classe, l’enseignant les accueille avec un sourire en leur souhaitant la bienvenue (Ménard & St-Pierre, 2014). Les étudiants reçoivent donc comme message le fait qu’ils sont attendus et importants.

Faire connaissance

Une fois les étudiants installés, l’enseignant se présente en prenant soin de bien expliquer son parcours universitaire, son expérience et quelques éléments accrocheurs. L’humour est une façon originale de briser la glace. L’enseignant peut donc ajouter dans sa présentation quelques anecdotes sur son parcours. Cette présentation doit servir aux étudiants à établir un lien entre l’expertise de l’enseignant et le cours (Ménard & StPierre, 2014). Ensuite, l’enseignant propose une activité pour connaitre ses étudiants. Plusieurs possibilités existent. Lorsque le groupe est restreint, il est possible de faire un tour de table. Dans le cas d’un groupe nombreux, quelques questions auxquelles les étudiants répondent à main levée donneront un bon aperçu de la composition du groupe (âge, parcours scolaire, motivations à s’inscrire au cours, disciplines étudiées, etc.). Soyez créatifs dans vos questions et sortez des sentiers battus. Avec les technologies, il est même possible de créer un sondage en ligne auquel les étudiants répondent en direct (ex : Mentimeter, Socrative, Poll Everywhere). L’important est de montrer un intérêt pour les étudiants de la classe et de leur faire prendre conscience que vous êtes là pour les accompagner dans leurs apprentissages. Si c’est possible, il est préférable d’apprendre les prénoms des étudiants (Svinivki & McKeachie, 2011). Une façon simple pour faciliter l’apprentissage des prénoms est de placer une fiche prénom devant chaque étudiant ou encore, de prendre les étudiants en photo.

Identifier les attentes

Avant d’entrer dans la présentation du plan de cours, il est intéressant de sonder les étudiants sur leurs attentes vis-à-vis du cours et vis-à-vis de l’enseignant. Ce sondage peut se faire par écrit et en équipe. Ainsi, les étudiants discutent et négocient entre eux leurs attentes. Puis, l’enseignant propose un retour collectif et note les attentes au tableau. Lors de ce retour, l’enseignant fait des liens entre les attentes des étudiants et ses propres propositions dans le plan de cours (Ménard & St-Pierre, 2014). Au préalable, l'enseignant aura pris soin d'intégrer ses attentes les plus importantes au plan de cours. En cas de difficultés en cours de trimestre, l’enseignant peut faire un rappel en retournant au plan de cours.

Diagnostiquer les connaissances des étudiants

La deuxième partie du premier cours peut servir à établir un premier diagnostic des connaissances des étudiants. L’enseignant peut faire passer un test court, individuellement ou en équipe, afin d’avoir un aperçu des acquis de chacun. Un retour collectif sur les réponses au test permet à l’enseignant de rafraichir les connaissances des étudiants, de proposer des activités de mise à niveau et de réorienter son enseignement du deuxième cours.

Finalement…

Le temps pris lors du premier cours pour établir un climat de classe positif réduira le temps passé à négocier les contenus et favorisera l’engagement de chaque étudiant dans son propre apprentissage.

Références

Cohen, J. (2006). Social, emotional, ethical, and academic education : creating a climate for learning, participation in democracy, and well-being. Harvard Educational Review 76(2). pp.201-237.

Dubé, M., & Tardif, J. (2010). Mémento pédagogique : petit guide pour grands enseignants. Rimouski : UQAR.

Gaudreau, N., De Grandpré, M., Promouvoir les comportements positifs des étudiants par une gestion de classe efficace., Le Tableau 1(6).

Legendre, R. (2005). Dictionnaire actuel de l’éducation. 3 e éd., Montréal : Guérin Éditeur.

Ménard, L., & St-Pierre, L. (2014). Se former à la pédagogie de l’enseignement supérieur. Montréal : Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC).

Nault, T., & Lacourse, F. (2008). La gestion de classe. Une compétence à développer. Anjou : Les Éditions CEC.

Svinivki, M., & McKeachie, W-J. (2011). McKeachie’s teaching Tips : Strategies, Research, and Theory for College and University Teachers. Belmont : Wadsworth, Cengage Learning.

Pour en savoir plus

  • Ce guide rédigé par un professeur et une chargée de cours de l’UQAR s’adresse à tout enseignant universitaire, débutant ou expérimenté, soucieux de son acte pédagogique. Il reprend les neuf phases du processus d’apprentissage : motivation, appréhension, acquisition, rétention, rappel, généralisation, performance et feedback.
  • Ce guide écrit par des experts dans le domaine et réédité 13 fois propose des stratégies pour gérer les différents défis à relever comme enseignant au collège ou à l’université.
    • Svinivki, M., & McKeachie, W-J. (2011). McKeachie’s teaching Tips : Strategies, Research, and Theory for College and University Teachers. Belmont : Wadsworth, Cengage Learning.
  • Cet ouvrage collectif aborde différentes thématiques autour de l’enseignement supérieur allant des modèles d’enseignement aux stratégies d’évaluation.
    • Svinivki, M., & McKeachie, W-J. (2011). McKeachie’s teaching Tips : Strategies, Research, and Theory for College and University Teachers. Belmont : Wadsworth, Cengage Learning.

D'autres questions à explorer

  • Quelles actions poser pour maintenir l’intérêt durant toute la session?
  • Quelles activités mettre en place pour briser la glace?
  • Comment gérer des conflits entre l’enseignant et ses étudiants?

Notice biographique

Nicole Monney (Ph.D.) occupe un poste de professeure à l’Université du Québec à Chicoutimi en gestion éducative de la classe et pratiques éducatives. Actuellement, ses intérêts de recherche portent sur les représentations sociales de l'évaluation des apprentissages chez les futurs enseignants, sur le portfolio numérique comme outil en formation pratique et sur la planification de l'évaluation informelle. Depuis un an, elle occupe également le poste de responsable du comité de pédagogie universitaire. 

Mentions de responsabilité

Cette capsule est une production de la Direction du soutien aux études et des bibliothèques (DSEB) en collaboration avec le Groupe d’intervention et d’innovation pédagogique (GRIIP)

Comité éditorial : François Guillemette, Céline Leblanc, Caroline Lessard, Marie-Michèle Lemieux et Lucie Charbonneau

Coordination : Lucie Charbonneau

Rédaction : Nicole Monney

Correction : Isabelle Brochu et Dominique Papin

Thème(s)
Mots-clés