Cycles supérieurs: accompagner la rédaction

Encadrer les étudiants dans leur projet de maîtrise ou de doctorat signifie, entre autres, de les soutenir dans leur processus de rédaction. Christian Bégin est professeur à l'UQAM, directeur du programme court de 2e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur, du département de didactique et du Centre de formation et de recherche en enseignement supérieur de l'UQAM (CEFRES). Il suggère quelques pistes pour aider l'étudiant dans sa démarche de rédaction. 

Mise en situation

À la fin de la session d'hiver, les professeurs du département se sont réunis pour discuter des problèmes qu'ils ont rencontrés en cours d'année. Lors de la table ronde, Marilyne, une nouvelle professeure, explique à quel point elle était étonnée de voir que des étudiants de maîtrise, qui avaient d'excellents dossiers au baccalauréat, présentaient de grandes difficultés rédactionnelles.

En effet, plusieurs de ses étudiants ne ciblaient pas les bonnes informations dans les textes ou n'arrivaient pas à aller plus loin que ce que les auteurs proposaient déjà. Elle s'attendait à des textes davantage élaborés de leur part et ne comprenait pas pourquoi ils faisaient des erreurs sur des éléments aussi simples. Comme la réussite de ses premiers étudiants gradués lui tient beaucoup à cœur, elle a décidé de ne pas baisser les bras et de creuser la question avec l’un d'entre eux. Elle l’a questionné en rapport avec le texte qu'il a écrit et a tenté d’identifier la source de ses erreurs. Ainsi, elle explique à ses collègues comment cet étudiant lui a fait changer complètement sa perception en lui expliquant qu'il n'avait presque jamais lu d'article scientifique auparavant. Il précise qu'au cours de son baccalauréat, il a plutôt lu des chapitres de livres. De plus, les travaux demandés nécessitaient surtout des synthèses de contenu.

Marilyne affirme à ses collègues que cet entretien l’a amenée à modifier une partie de sa façon de procéder avec les étudiants et qu'elle a entrepris de les accompagner dorénavant dans leur compréhension et leur analyse des textes scientifiques dès leur entrée aux cycles supérieurs.

Pourquoi?

CINQ RAISONS DE S’OUTILLER POUR ENCADRER LES ÉTUDIANTS EN RÉDACTION

  1. Les problèmes liés à la rédaction sont la cause principale des difficultés d'avancement dans les programmes de deuxième et de troisième cycles.
  2. Les étudiants qui arrivent au deuxième cycle ont principalement utilisé des livres généraux et maîtrisent peu le style scientifique.
  3. Le type rédactionnel utilisé pour un mémoire ou pour une thèse implique des analyses critiques des écrits. Cette approche diffère de ce qui est souvent demandé dans les travaux de synthèse au premier cycle.
  4. La formation spécifique au style de rédaction scientifique est généralement très peu présente dans les programmes de cycles supérieurs, le professeur doit donc agir sur ce point.
  5. Le professeur occupe une place de choix pour introduire l’étudiant à la spécificité de la rédaction scientifique propre à sa discipline ou au domaine particulier de son sujet.

Quoi?

LE MÉMOIRE ET LA THÈSE DEMANDENT QUEL TYPE DE RÉDACTION?

Le type de rédaction demandé aux cycles supérieurs diffère considérablement de celui attendu au premier cycle. Voici quelques caractéristiques qui sont propres au mémoire selon Delcambre et Lahanier-Reuter (à par.) :

  • il constitue un écrit académique encadré par des normes et des règles prescrites;
  • il s’inscrit dans un parcours académique, dans une formation et dans un établissement d’enseignement identifiés;
  • sa recevabilité est construite à deux : c’est-à-dire que l’étudiant et le directeur doivent approuver son contenu avant de le soumettre aux évaluateurs;
  • son contenu est jugé et évalué, il évolue, entre autres, en réaction à ces évaluations

Ce que nous dit la recherche

LES PRINCIPALES ZONES POSSIBLES D’INTERVENTIONS DU PROFESSEUR

(Bégin, 2012)

rédaction

Comment?

DES SUGGESTIONS POUR ACCOMPAGNER LES ÉTUDIANTS DANS LEUR RÉDACTION

L'idée principale est d’amener rapidement l’étudiant à écrire afin d'identifier ses points forts et ses difficultés et ainsi mieux le guider dans ses travaux. Pour y arriver, voici quelques suggestions d’activités à réaliser.

  • Faire écrire à l’étudiant des petites parties du mémoire ou de la thèse à la fois, afin d’identifier avec précision quels sont ses acquis et les éléments à travailler. Ainsi, on pourra accompagner l’étudiant adéquatement dès le début du travail.
  • Demander d'écrire un compte rendu d'un article en précisant à l’étudiant que cet exercice sert à faire ressortir les éléments importants d'un texte. En révisant le travail, l’enseignant pourra mesurer la capacité de l’étudiant à identifier les contenus clés d’un texte.
  • Amener l’étudiant à faire des liens entre deux ou trois articles, choisis par le professeur, pour vérifier ses capacités d’analyse.
  • Exiger la prise de notes de lecture et consulter celles qui ont été faites. Cette pratique représente deux avantages importants : elle permet d’évaluer la pertinence des documents choisis et de vérifier la qualité de ce qui a été tiré des lectures. Pour ce faire, demander à l’étudiant de :
    • reformuler dans ses mots;
    • justifier ou expliquer le choix des informations extraites.

La révision des notes de lecture se fait rapidement par un simple survol des écrits!

 

Lorsque l’étudiant éprouve des difficultés rédactionnelles :

Accompagner l’étudiant pour :

  • identifier la difficulté;
  • comprendre sur quoi ont été basées les décisions de l’étudiant dans son processus de rédaction;
  • corriger le style de rédaction de l’étudiant par modélisation à partir d’une tâche similaire.
Finalement…

On veut savoir si l'étudiant est en mesure de lire des textes scientifiques, d’identifier les éléments importants et de rapporter les idées maîtresses afin de l’accompagner efficacement dans le développement de ses compétences liées aux travaux de cycles supérieurs et lui fournir les outils appropriés.

Références

Bégin C. (2004-2012) L’encadrement aux cycles supérieurs: de la dépendance à l’autonomie. Formation sur l’encadrement aux cycles supérieurs. Document de formation.

Bégin, C. (à par.). Les problèmes de production et d’avancement des étudiants : des impacts pour l’accompagnement des mémoires et des thèses. Texte présenté au symposium «L’accompagnement des mémoires et des thèses», dans le cadre des XIIe Rencontres internationales du réseau de Recherche en Éducation et Formation (REF), publication en cours à Louvain-la-Neuve: Presses universitaires de Louvain.

Delcambre, I., lahanier-reuter, D. (à par.). Le mémoire de master dans le discours d'enseignants universitaires : entre travail de recherche et écriture académique. Texte présenté au symposium «L'accompagnement des mémoires et des thèses», dans le cadre des XIIe Rencontres internationales du réseau de Recherche en Éducation et Formation (REF), publication en cours à Louvain-la-Neuve: Presses universitaires de Louvain.

Pour en savoir plus

  • Méthodes de travail pour la réussite des études universitaires, un outil pour former les étudiants à développer leur capacité à utiliser l’information pour réaliser leurs travaux.
  • Le site Carrefour EndNote guide les étudiants pas à pas dans l’utilisation des fonctions du logiciel EndNote.
  • Le dossier Prendre des notes et rédiger de l’InfoSphère de l’UQAM propose différents outils aux étudiants afin de les aider à
    • Savoir lire un document
    • Rédiger des fiches de lecture
    • Rédiger leur travail
  • Dans la plupart des établissements universitaires, des guides de rédaction de thèses et de mémoires sont disponibles. Il est important de les faire connaître à vos étudiants dès le début de leur parcours afin qu’ils prennent connaissance des règles propres à l’établissement.

D'autres questions à explorer

  • Jusqu'où le professeur doit-il aller dans la correction, la reformulation des écrits de l'étudiant?
  • Comment intervenir avec les étudiants dont la langue maternelle n'est pas le français?
  • Quel rôle le programme devrait-il jouer dans la formation des étudiants à la rédaction?
  • Quoi faire avec les étudiants qui ne démarrent pas la rédaction ou qui bloquent en cours de rédaction?

Notice biographique

Christian Bégin est professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Mentions de responsabilité

Cette capsule est une production de la Direction du soutien aux études et des bibliothèques (DSEB) en collaboration avec le Groupe d’intervention et d’innovation pédagogique (GRIIP)

Comité éditorial : Céline Leblanc, Marie-Michèle Lemieux et Lucie Charbonneau

Coordination : Lucie Charbonneau

Rédaction : Christian Bégin et Lucie Charbonneau

Correction : Isabelle Brochu et Dominique Papin

Thème(s)
Mots-clés